Création d’un nas maison avec proxmox – Partie 1 La mise en place

Création d’un nas maison avec proxmox – Partie 1 La mise en place

Depuis quatre ans toutes mes données locales étaient stockées sur un Nas Synology. J’en étais et j’en suis toujours très content, il faisait son boulot de Nas et le faisait bien.

Mais à force de tous stocker dessus le disque dur commençait à saturer, mes données commençaient à se sentir à l’étroit.

Le défaut principal de ce nas c’est qu’il est mono disque et si je veux m’agrandir il me faut acheter un plus gros disque, ensuite trier, réorganiser, copier mes données de mon ancien disque dur vers le nouveau ou investir dans un autre modèle plus gros, mais ma ministre du budget a rejeté ma requête.

Du coup j’ai commencé à me torturer les méninges afin de trouver une nouvelle configuration pour mon stockage de données, après quelques jours d’intense réflexion la solution m’apparut.

Mon serveur proxmox ! Et oui pourquoi ne pas me monter moi-même mon Nas à partir d’une machine virtuelle? C’est un adage très connu des libristes, « si ça n’existe pas, fais le ».

De quoi vais-je avoir besoin ?

  • Un disque dur en plus de celui dejà en place
  • Faire du partage de dossiers natif, sur Linux(nfs), et sur Windows(cifs)
  • Séparer sur deux disques durs mes données
  • Intégré un serveur ownCloud
  • Accessible depuis tous les ordinateurs de la maison
  • Sécuriser les fichiers avec une gestion des droits

Maintenant au boulot !

1.Création du serveur et installation physique des disques durs

Rien de très compliquer dans cette étape dans un premier temps je créé la machine virtuelle qui me servira de Nas, ensuite je branche les deux disques durs. Ses disques durs font 2 To chacun et seront répartis comme suit :

  • Premier disque : sdb -> Mes films, Vidéos, photos
  • Second disque dur: sdc -> Mes seriesTv, Documents, ma Musique

Je ne vais pas rentrer dans les détails de la création d’une VM Proxmox il y a plein d’informations sur internet, je vais seulement donner les spécifications techniques de celle-ci:

Processeur : 1

Ram : Une plage entre 512mo et 1go, au repos elle consommera au minimum 512, et en cas de grosse activitée elle pourra monter jusqu’à 1go de consommation mémoire.

Disque système : 32 go

Une carte réseau

Le tout avec une Debian Wheezy comme système d’exploitation.

2.Ajout des disque durs dans la VM

Passons maintenant dans le vif du sujet. Mes disques durs en place j’ai dû préparer le deuxième disque neuf avant son intégration dans la VM.

Ensuite intégration dans la vm, depuis la console proxmox :

A présent les deux durs sont montés et fonctionnel dans la VM, comme le montre la figure suivante :

montage

3.Installation des différents services

A cette étape pas trop le choix des logiciels :

Partage de fichiers : Nfs pour Linux, Samba pour Windows

Acces distant : Ssh

Pour plus de confort j’installe ma clef publique sur le serveur SSH depuis mon ordianteur

Serveur ownCloud: Utilisation du dépôt développeur

Rsync pour les sauvegardes

Il ne me reste plus qu’à copier les données sur chacun des disques, avant de configurer le tout. Vu le travail de rédaction, j’ai décidé de diviser ce sujet en plusieurs parties. Dans la prochaine j’aborderai le partage de fichiers.

10 thoughts on “Création d’un nas maison avec proxmox – Partie 1 La mise en place

    1. Salut Yamakaky,

      Oui j’y ai pensé, mais (parce qu’y a toujours un mais 😉 ) les système de fichiers de proxmox est déjà en lvm, je ne sais pas comment se comporte deux lvm ensemble. De plus je ne sais pas si kvm permet de géré ce genre de système de fichiers. D’expérience j’ai tendance à me méfier de ce genre de solutions car le jour ou il y a un pépin c’est toujours la misère pour récup les données.

      1. Je confirme, je suis en pleine recherche pour extraire des données d’une partition lvm (8e) et je n’ai que ça, aucune partition boot ou autre info.

    1. Salut,

      Au départ j’étais parti sur une distribution clef en main, j’avais essayé freenas et OMV.J’ai préféré monter un système maison basé sur wheezy. De plus j’ai était refroidit par freenas qui ne propose qu’un système de fichiers bsd très bien quand on utilise bsd avec des linux autour pas très commode en cas d’incident. Et quant à OMV, ce qui m’avait séduit se sont les extensions que l’on peut rajouter, mais étant basée sur squeeze, je me suis retrouvé avec des logiciels passé de date notamment owncloud en version 5.

      1. echo « deb http://packages.openmediavault.org/public kralizec main » > /etc/apt/sources.list.d/openmediavault.list
        apt-get update
        apt-get install openmediavault-keyring postfix
        apt-get update
        apt-get install openmediavault
        omv-initsystem

        Tout ça sur une fresh wheezy, pour avoir la dernière version OMV en cours de développement, stable, plugins dispos via l’addon omv-extras, et de base sur wheezy justement.

        1. Arf dommage que mon Nas soit fonctionnel. J’avais pensé aussi à installer omv à la main sur une wheezy, mais au dire des devs ce n’était pas encore bien stable. Mais merci pour l’info je testerai par curiosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.