Le constat n’est pas glorieux pour la fondation Mozilla en ce moment, fustigée de toute part sur ses choix et ses méthodes de financement. Je reconnais que certains choix sont discutables, mais, crier au loup à chaque fois que la fondation fait quelque-chose cela tourne à l’acharnement. Parmi tout ce que j’ai pu lire, j’ai retenu la même constance lorsque l’on aborde le thème de FFOS, FirefoxOS = ZTE OpenC= résidu de capote trouée, ce qui est complètement faux. En revanche je rejoins les utilisateurs d’OpenC sur le fait que ZTE c’est bien moqué d’eux, nous ne sommes pas loin de l’arnaque à mon sens et pour enfoncer le clou cette trouble affaire où ZTE et LECLERC voulait de la main d’oeuvre gratuite. Mais en cherchant un peu on apprend qu’il existe ou existait d’autres terminaux accessibles en France au moment de la sortie de l’openC. Certains me prendront peut-être pour un fan boy aveuglé, absolument pas je souhaite simplement apporter un regard très subjectif sur l’expérience FFOS.

FFOS me suis depuis dix mois maintenant et même après une petite mésaventure il répond entièrement à mes besoins. Très souvent mis à jour sur la branche nightly, parfaitement utilisable sur la branche stable en 2.2, c’est avec plaisir que je découvre de petites nouveautés ou l’amélioration de fonctionnalités déjà implantées. A la même époque que la sortie de l’openC, il y avait le Flame sur une base Alcatel, téléphone développé par Mozilla avec T2Mobile destiné aux développeurs d’applications ou simplement à ceux qui souhaitent aider Mozilla. Et on pouvait aussi trouver le Revolution de Geeksphone qui a la particularité d’être acheté avec Android ou FFOS.

Avec le Flame, Mozilla souhaitait attirer les développeurs d’applications afin de faire vivre son market. Le but était d’offrir la plus grande diversité matérielle sur un même appareil. Afin que chaque développeur puissent être sûr du bon fonctionnement de son application sur divers matériel. La reconnaissance matérielle était garantie à 100% puisque le cahier des charges venait tout droit de Mozilla. Le deuxième gros avantage est d’avoir un téléphone toujours à jour. Quelle que soit la branche utilisée, stable ou nightly, le téléphone suit les dernières mises à jours avec son lot d’améliorations et de nouveautés. C’est l’argument qui m’a décidé de prendre le Flame. FFOS est très jeune comme système, évoluant très rapidement, par conséquent j’étais sûr de bénéficier de toutes les mises à jour à temps et en heure. Même s’il était destiné aux développeurs son utilisation en téléphone classique fonctionne parfaitement, il est utilisable même sans compétences informatiques. Les bidouilleurs comme moi trouveront toujours à s’amuser avec. Le téléphone était disponible sur un seul site marchand situé aux USA et il fallait compter 30 € de frais de douane pour l’importation en France.

Le Revolution quant à lui est fabriqué par une entreprise Espagnole, on reste dans l’UE donc pas de surprise pour la douane. Geeksphone s’est déjà illustré avec FFOS avec le Keon et le Peak lancés en 2013. Plus destiné au grand public il est proposé soit avec android ou FFOS. Au niveau des mises à jour systèmes on reste soumit à la méthode de publication de Geeksphone, il est moins facile de monter en version qu’avec le flame. D’après ce que j’ai compris il faut à chaque fois compiler sa propre image depuis les sources fournit par Geeksphone. Sur le Flame on peut trouver directement des images prêtes à l’emploi fournit par Mozilla. Pour l’avoir eu en main c’est un joli petit téléphone, plus esthétique que le flame et moins encombrant.

Au niveau prix il est vrai que l’on dépasse les 70€ de l’openC, on est sur du 129€ pour le revolution et 150€ (avec frais de douane compris) pour le Flame, mais au niveau rapport qualité/prix cela reste raisonnable comparé a certain téléphone android du même genre et on retrouve plus de considération qu’avec ZTE qui a abandonné ses clients. Voilà toutes les informations que j’ai glanés lors de mes recherches de l’époque. Malgré cela j’ai longtemps hésité entre les deux. J’avais peur que le Flame ne soit trop gros, encombrant, je ne l’avais vu qu’en photo. Alors que le revolution que j’avais essayé lors RMLL à Montpellier était visuellement plus accrocheur. Mais l’argument des mises à jour m’a convaincu de prendre le Flame. J’ai aussi considéré cet achat comme investissement et non comme une dépense, j’ai cherché s’il s’adapterait à mes habitudes d’utilisation et à mon environnement (owncloud, courriel, etc) avant de sauter le pas. Et au vu des retours que j’ai pu lire sur l’openC je ne regrette pas mon choix. Je ne juge absolument pas les utilisateurs d’openC, certain continu de l’utiliser avec succès mais non sans effort.

Le but de cet article n’est pas de démolir l’openC en démontrant qu’il y a mieux ailleurs, malgré que ce soit le cas, mais de dénoncer cet amalgame entre FFOS et openC qui a beaucoup desservit Mozilla et la crédibilité de FFOS. Alors qu’au final c’est un excellent système lorsqu’il est utilisé sur un téléphone dimensionné pour et avec une réelle volonté de faire un travail de qualité. Qualité qui souvent a un coût, plutôt raisonnable dans cette situation. Malheureusement aujourd’hui le Flame n’est plus disponible à la vente et vu l’actualité autour de FFOS je ne pense pas que Mozilla réitère l’opération avec un Flame 2. Le revolution est toujours disponible chez Geeksphone je compte d’ailleurs en prendre un pour mon épouse. Je suis convaincu que Mozilla a confondu vitesse et précipitation en s’associant avec ZTE, qui pour certainement tenir les délais et le prix annoncé a sorti un téléphone très bas de gamme et non à petit prix. Mozilla à fait de mauvais choix de promotion et partenaire pour FFOS, mais cela n’enlève en rien à la qualité du système. Je curieux de voir ce que va donner l’association avec Orange.

Il y a aussi les détracteurs de FFOS qui disent qu’il a dix de retard, je réponds non il a plutôt dix ans d’avance. L’utilisation du HTML5 les applications en responsive design ainsi aucune applications n’est installée en dur sur le téléphone, ce qui dans un premier temps évite d’avoir des tonnes de processus fonctionnant sur le téléphone. Économie de mémoire, de batterie, appareil plus fluide à l’utilisation. Cela offre aussi une protection de la vie privée, n’ayant pas de processus actifs c’est la garantie qu’aucun processus malveillants ne captent ce qui se passe sur téléphone. Dans un second temps les systèmes IOS et Android nécessitent des applications installées sur téléphone, cela augmente la charge de travail des développeurs, qui doivent assurer la compatibilité pour IOS et pour Android tout en veillant à ce que le site internet reste responsive design. Avec le système proposé par FFOS plus besoin de se soucier de la compatibilité système puisque tout s’exécute depuis le site internet consulté. Les développeurs n’ont plus qu’à se concentrer sur le développement du site tout en . Autre gros avantage FFOS est un système développé par une fondation à but non lucratif avec une communauté très active, ce n’est pas rien, car les objectifs sont complètement à l’opposer d’une multinationale cotée en bourse. L’utilisateur n’est plus le produit.

Pour terminer je comprends que les utilisateurs de l’openC ont gardés un goût amer de cette aventure avec FFOS et ZTE, est-ce une raison pour voir le verre à moitié vide ? Je ne pense pas, car Mozilla nous a toujours apporté des logiciels et qualités, libre, respectant ses utilisateurs.