Proxmox : La virtualisation libre 1/2

Suite à mon expérience personnelle je propose une suite de quatre articles sur la distribution hyperviseur Proxmox Virtual Environment.

La bête mis à nue :).

Proxmox VE est une distribution Linux qui permet grâce à des outils libres comme OpenVZ et KVM de mettre en place une plateforme de virtualisation en barre métal. C’est à dire sans OS à installer au préalable.

De plus grâce à son interface web intégré l’administration des machines virtuelles est très simple et peut se faire de n’importe quel endroit sur le réseau, sur n’importe quel système (Linux, Windows, Macos) puisqu’un simple navigateur internet suffit pour sa configuration.

Proxmox VE permet deux modes de virtualisation. Le premier basé sur une virtualisation noyau basé sur le noyau Linux. Gérée par openVZ, elle permet au noyau de la machine physique de faire tourner plusieurs  instances de systèmes d’exploitation isolés, appelés des environnements virtuels. Par contre il faut que le système hôte et le système invité soit de base Linux. A l’inverse la virtualisation au niveau noyau permet une meilleure gestion des ressources et des performances accrues par rapport à une para-virtualisation.

Le deuxième mode est la virtualisation pleine. C’est à dire que la machine invité est complètement virtuelle (carte réseau, processeur, ram ….). Avec ce système la machine est complètement indépendante du matériel physique et du système hôte, on peut donc virtualiser du Linux ou du Windows. Géré par KVM, il faut s’assurer dans un premier temps que le processeur physique soit compatible avec les technologies Intel VT pour un processeur Intel et AMD-V pour un processeur AMD. Cela se vérifie dans le bios de l’ordinateur.

Pour utiliser proxmox VE pas besoin de système d’exploitation, tout est intégré. C’est ce qu’on appel un hyperviseur il possède sont propre OS. Pour proxmox VEc’est une Debian Lenny 64 bits qui fait tourner le tout, ce qui est quand même un gage de stabilité.

L’installation et la configuration en elle même ne prend pas plus de 5 ou 6 minutes et elle sont simplicimes.

Il faut savoir que tout ce qui se trouvent sur la machine est effacé lors de l’installation. Proxmox VE utilise le stockage local en raid (0, 1, 5) ou non. Pour ma part je l’ai installé sur un raid 1 matériel géré par une carte adaptec avec  deux disques durs de 500 Go. En plus de ça on peut y rattaché des espaces de stockages externes en NFS ou ISCSI. Dans mon cas pour sauvegarder mes machines virtuelles, j’ai connecté mon serveur proxmox VE sur un NAS en NFS.

Dans l’interface d’administration proxmox VE permet de faire du clustering entre différents serveur Proxmox VE, ce qui permet une migration des machines virtuelles d’un serveur à l’autre sans interruption de service, ou pour la gestion de fermes virtuelles.

Seul petit bémol et encore c’est pas grand chose, il faut impérativement que le processeur du serveur soit en 64 bits, sinon seul le module de virtualisation openVZ  fonctionnera.

Proxmox VE est téléchargeable à cette adresse : http://www.proxmox.com/products/proxmox-ve